La place des Ruffins sera dénominée "Place Jean-Charles Nègre", hommage à cet ancien collègue

Conseil Municipal du 2 juin 2021

Intervention de Mireille Alphonse sur la dénomination de l'esplanade Jean-Charles Nègre



Monsieur le Maire,

Cher·e·s collègues,

Chères Montreuilloises, Chers Montreuillois,

Mesdames, Messieurs,


Pour vous dire le fond de ma pensée, en prenant la parole devant vous en cet instant, j'aurais sincèrement préféré ne pas avoir à le faire et, tout au contraire, pouvoir une nouvelle fois croiser ce soir le regard à la fois attentif, intéressé, parfois désapprobateur, parfois malicieux, de notre ex collègue, Jean-Charles Nègre.

J'aurais même préféré 1000 fois adopter une position politique que je savais ne pas aller dans son sens, au risque d'avoir une explication… disons de « gravure » avec lui un peu plus tard, plutôt que de devoir vous dire notre accord avec cette dénomination de place.

Cela dit, bien sûr nous apportons notre accord plein et entier à la proposition présentée par le 1er adjoint. Mais, le privilège d'avoir son nom inscrit sur les murs de nos villes étant réservé à celles et ceux qui ne sont plus parmi nous, vous l'aurez compris, j'aurais préféré qu'il ne concerne pas déjà Jean-Charles ! J'aurais préféré, vous me pardonnerez peut-être cet aveu, pouvoir lui proposer d'aller trinquer un verre de Bandol à la main, d'ici quelques semaines, pour parler de la situation politique de notre pays !

Personnellement, j'ai en effet rencontré pour la première fois avec Jean-Charles lors de la campagne des municipales de 2008, un dimanche au marché Paul Signac – période ultra tendue s'il en était entre nos différentes formations politiques ! L'heure était alors plus à la guerre qu'au rassemblement entre groupes politiques de gauche et écologistes.

Je ne reviendrai pas dessus : notre histoire collective a su prendre depuis – à mon sens – les bons virages politiques, fondés sur la compréhension que justice sociale et environnementale sont au fond les deux faces d'un même combat contre un système prédateur qui broie les personnes et détruit l'environnement.

Jean-Charles et moi n'avions donc ce jour-là pas des tracts de la même couleur en mains. Et pourtant ! Il est venu vers moi avec toute la curiosité et toute la profonde humanité dont il savait faire preuve. Avec aussi, ce goût de la joute politique, de la confrontation des idées et … de la recherche possible, pourquoi pas, de convergences ultérieures. J'en étais, je le dois à sa mémoire, agréablement surprise et désireuse de renouveler un jour ces échanges.

Il fallut attendre les élections municipales de 2014 pour les renouveler et les approfondir. Et du reste, constater qu'il avait retenu tout ce que je lui avais dit de mes engagements militants antérieurs aux côtés de travailleurs sans papiers. Son attention aux autres n'était pas une façade ! Adversaires avérés ou partenaires possibles : Jean-Charles aimait les gens, les rencontres, les échanges.

C'est en œuvrant ensemble que la confiance se renforce : nous avons eu 6 années durant le précédent mandat pour vérifier dans le travail nos différences d'appréciation ou carrément nos désaccords, mais aussi nos points de convergence et peut-être au-dessus de cela, le respect mutuel dû à une même envie de travailler au service de l'intérêt général, au service des habitants de notre ville.

Ma collègue Anne-Marie Heugas avait dû ferailler avec lui pour finaliser la piscine des Murs à Pêches, mais ils en étaient sortis l'un l'autre heureux du résultat final au service, notamment, du public populaire du haut Montreuil.

De mon côté, je me souviendrai toujours avec plaisir de la réunion de travail organisée à son intention dans les bureaux de l'ancien bâtiment Opale, pour lui faire découvrir l'importance des corridors écologiques sur notre territoire. Loin de mépriser celles et ceux qui parlaient hérissons et plantes méllifères, il avait écouté avec intérêt et une grande attention l'exposé qui était fait.

En mars 2020, quelques jours avant le premier tour des élections municipales, nous avions eu un échange un peu vif, comme il arrive souvent dans ces périodes. Mais le lendemain des élections, il me laissait un message, je le cite : « je veux te dire mon amitié intacte ». Simplement. Sans rien d'autre. Ce message, je ne l'ai toujours pas effacé et je crois bien que je le laisserai encore longtemps sur ma petite machine : il est des rencontres qui marquent et ce soir, je suis heureuse, au nom de mon groupe, d'apporter notre soutien plein et entier à la prochaine dénomination de la « place Jean-Charles Nègre ».



Je vous remercie.






Liens utiles
Qui fait quoi ?
Nous suivre
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon