Compte administratif : de l'investissement, mais aussi une dette pesant sur les collectivités


Conseil Municipal du 31 mars 2021

Intervention d'Anne-Marie Heugas sur le compte administratif



Monsieur le Maire,

Cher·e·s collègues,

Chères Montreuilloises et chers Montreuillois,

La prise en compte du Compte administratif est un moment d’autant plus important avant le vote du budget, qu’il nous permet d’affecter son résultat au budget primitif examiné ce soir.


Ce compte administratif se traduit par un excédent global de 10,2 millions d’euros, qui est donc affecté au prochain budget.

Au niveau du résultat d’exécution de fonctionnement, 10,5 millions d’euros, nous retrouvons le niveau qui était celui de l’exercice 2013.


Nous avons bien sur noté que la crise sanitaire a entraîné une baisse de certaines dépenses, par l’annulation d’évènements (dont certains grands événements comme la fête de la ville, le meeting d’athlétisme) la non réalisation d’activités ou encore la fermeture de plusieurs équipements scolaires, culturels, sportifs, petite enfance, etc.


La légère baisse des subventions aux associations par rapport à 2019, du fait évidemment de la non réalisation de certaines activités, ne doit évidemment pas nous conduire à relâcher notre attention à leur égard : la sortie de crise sanitaire, que nous espérons tous, pourrait donner lieu à une dynamique de projets et d’activités qui sera un défi à gérer.


Au niveau de l’investissement, avec 68,2% des crédits votés qui ont été réalisés en 2020, nous pouvons dire que c’est un très bon taux de réalisation, qui plus est en cette année 2020, marquée par la séquence de confinements, par les difficultés souvent rencontrées par les entreprises.

Si besoin était, cela souligne une fois encore le rôle économique que jouent les Collectivités locales, en plus de la solidarité avec les habitants, dans le soutien à la marche économique du pays, et donc à l’emploi.


Avec des dépenses d’équipement pour 2020 à hauteur de 32,5 millions d’euros, certes légèrement inférieures à 2019 (baisse de 3 millions environ), nous nous situons dans la fourchette de dépenses (30 à 35 millions d’euros par an), qui était notre objectif.

Parmi les principales dépenses d’équipement réalisées en 2020, nous notons avec satisfaction les nécessaires travaux indispensables relatifs aux établissements scolaires : groupe scolaire Odru, école Angela Davis, entretien courant des écoles et cours d’école, matériel et équipement de restauration scolaire, les équipements sportifs, l’espace public, la voirie avec les pistes cyclables et l’éclairage public, la place des Ruffins, etc.


Cependant, nous pouvons regretter de n’avoir pu atteindre les objectifs d’investissements à réaliser dans le cadre du Budget participatif, ce que bien entendu le contexte sanitaire a rendu difficile.

Je voudrais ici rappeler, avec une pensée pour Tania Assouline, combien le budget participatif de notre ville constitue une dynamique positive de mobilisation de la participation des habitant·e·s, qui recueille chaque fois plus d'engouement tant au niveau des projets proposés que des votes sur les projets soumis. Nous espérons donc que l’année à venir permettra de rattraper les retards.

Pour terminer un point de vigilance :


Le remboursement de la dette représente en 2020 une dépense de 19,1 millions d’euros. On voit bien que ce volume est significatif par rapport au volume que nous consacrons à l’investissement de 37 millions dans le prochain budget.

C’est élevé et pénalise notre capacité d’investissement.


Heureusement, la capacité de désendettement de la ville se maintient sous le seuil prudentiel des 12 ans.

Bien évidemment, nous écologistes, ne souscrivons pas aux canons de l’économie de dominante, qui jusqu’à la période récente, faisait de la dette une épée de Damoclès sur la tête des citoyens ou des collectivités locales, pour imposer l’austérité budgétaire et la régression sociale.


Mais on sait bien que ce que l’État s’autorise désormais à pratiquer pour financer des filets sociaux (qu’il contestait hier), il ne l’autorise toujours pas aux collectivités locales.

D’où une nécessaire vigilance de notre part.


Je vous remercie.




Liens utiles
Qui fait quoi ?
Nous suivre
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon