© 2023 par "Flashinfo". Créé avec Wix.com

Intervention liminaire au Conseil municipal du 16 octobre 2019: "Nous proposons d'avoir un seul cap : celui qui marie exigences sociales et environnementales"

17/10/2019

Monsieur le Maire,

Mesdames et Messieurs les élu.e.s,

Chères Montreuilloises, chers Montreuillois,

 

 

Hier, mardi 15 octobre, se tenait à Est Ensemble une conférence sur la résilience de notre territoire. Nous avons eu le grand plaisir de pouvoir y écouter M. Jean Jouzel, climatologue réputé au plan international, ancien vice-président du GIEC – le groupe des experts internationaux sur le climat.

 

La résilience, dont tout le monde parle désormais, consiste à identifier toutes les difficultés liées au réchauffement climatique d'un territoire, à les croiser avec ses vulnérabilités sociales ET écologiques et à en tirer des plans d'actions efficaces.

 

Ce concept, que l'on pourrait trouver un peu ardu, regroupe en fait des réalités bien concrètes dans la vie de notre commune.

 

=> Montreuil, par exemple, a en effet été reconnue en « état de catastrophe naturelle » pour l'été 2018, par un arrêté de juillet 2019. En cause : la très grande sécheresse de l'été dernier et ses conséquences que beaucoup de nos concitoyens connaissent hélas bien : les effets de dilatation et rétractation des sols qui font se lézarder les maisons.

 

=> Autre exemple : la situation des arbres dans la ville. Le réchauffement climatique engendre une prolifération des maladies qui vont jusqu’à atteindre leur existence. Nous sommes donc obligés de résoudre une nouvelle complexité : développer la place de l'arbre en ville, tout en le protégeant contre des agressions d'ampleur inédites. Il nous faut prévoir les remplacements d'espèces gravement atteintes et choisir des essences mieux adaptées au réchauffement. Le projet de création de pépinière que nous avons au niveau de la Ville en partenariat avec Est ensemble répond à cet objectif.

 

=> Troisième exemple celui de l'énergie.

La résilience, c'est à la fois lutter contre les émissions de gaz à effets de serre (CO2, méthane) et adapter notre ville aux difficultés nouvelles, déjà bien présentes. Nul besoin de rappeler ici les conditions étouffantes de cet été : plus de 42°, du jamais vu sous nos latitudes.

Nous devons dans ce cadre réduire nos consommations énergétiques (mieux isoler tous nos logements, tous nos bâtiments), travailler à développer les sources locales d'énergies renouvelables ET en parallèle, aider les familles les plus modestes à payer leurs factures d'énergie.

 

Montreuil met en œuvre une série de solutions pour répondre à ces différents besoins. Par exemple :

 

- le déploiement de la plateforme de lutte contre la précarité énergétique « Ensemble pour Montreuil » mise en place pour tout le territoire d'Est Ensemble ;

 

- le développement des énergies renouvelables : géothermie profonde avec le Sipperec, photovoltaïque avec la coopérative Électrons Solaires (j'en profite pour souligner la qualité du travail effectué en transversalité avec mes collègues Djamel Leghmizi et Gaylord Le Chequer sur ces questions).

 

=> Quatrième exemple les mobilités : tous favorables au développement des transports en communs et à la réduction de la place de la voiture en ville, nous considérons qu'il est impératif de rendre les déplacements à vélo mieux sécurisés et plus agréables dans tous les quartiers de la ville. C'est impératif pour que la pratique du vélo soit partagée par des habitants de l'ensemble de nos quartiers.

 

=> Cinquième exemple : l'alimentation. Globalement, l'Ile-de-France a deux jours d'autonomie alimentaire devant elle ! C'est dire si nous sommes incroyablement fragiles dans ce domaine ! Nous devons par exemple accélérer le retour en régie municipale de la restauration collective scolaire, en privilégiant des liens directs avec une agriculture paysanne biologique de proximité.

 

Où que se porte notre regard, notre ligne de conduite doit donc être d'aider notre territoire et les êtres vivants qui y habitent à mieux résister aux crises actuelles et à celles qui s'annoncent inéluctablement.

Hier en effet, les projections climatiques – si nous décidions de continuer comme ce que nous faisons actuellement, c'est à dire à la même vitesse – évoquaient

 

des étés franciliens à plus de 50° !

 

Et pour ce changement d'échelle, nous proposons d'avoir un seul cap : celui qui marie exigences sociales et environnementales. Et une seule boussole : celle qui élabore ces réponses en coopération avec les habitants.


Nous pensons en effet qu’il est nécessaire de s'appuyer sur la connaissance fine du contexte que seul·es les usager·es et les habitant·es d'une ville, d'un quartier, d'une rue possède. L'expertise d'usage est indispensable à l'élaboration ou à la diffusion de solutions adaptées aux défis sociaux et environnementaux à relever.

 

Ensemble, il s'agit donc pour nous de trouver les meilleures façons de changer de modèles, de nous adapter et de résister. Les défis sont énormes, mais c'est le prix de l'espoir à recréer.

 

Je vous remercie

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
Please reload

Qui fait quoi ?
Liens utiles