© 2023 par "Flashinfo". Créé avec Wix.com

Montreuil déclare l'état d'urgence climatique : retour sur les interventions des élu·es du groupe Montreuil Écologie !

27/06/2019

Hier soir, le 26 juin 2019, le conseil municipal a adopté un vœu déclarant l'état d'urgence climatique. Mireille Alphonse et Ibrahim Dufriche-Soilihi sont intervenu·es à ce sujet. Retour sur les prises de parole du groupe Montreuil Ecologie:

 

Intervention Mireille Alphonse

 

Monsieur le Maire,

Cher·es collègues,

Cher·es montreuillois et montreuilloises

Mesdames, Messieurs,

 

Alors que nous nous apprêtons à voter cette Déclaration d'urgence climatique, trois coïncidences nous rappellent l'impérieuse nécessité de nous mobiliser, nous élus et citoyens, en faveur du climat.

 

En effet, nous vivons un pic de canicule exceptionnel.

En parallèle, aujourd'hui, le Haut Conseil pour le Climat nommé, pourtant, par le Président de la République en novembre dernier, remettait son premier avis. Je le cite : « les engagements de la France sont largement insuffisants… » !

Ceci alors qu'hier, troisième coïncidence, l'Assemblée nationale commençait à examiner un projet de loi Énergie et climat, une nouvelle fois très en-dessous de nos engagements internationaux.

 

Du Réseau Action climat, à la Fondation pour la Nature et l'Homme en passant par Greenpeace, toutes les ONG expertes sur ce dossier, ont souligné le renoncement à la trajectoire 1,5° et l'absence de mesures concrètes qui engagent le gouvernement.

 

Par exemple, faisant suite aux débats lors de la Programmation Pluriannuelle de l’énergie (PPE), le gouvernement tente désormais de réduire son ambition de rénovation thermique des logements en passant de 500 000 logements rénovés par an (l'objectif de la loi de transition énergétique de 2015) à seulement 75 000 logements rénovés par an. Pour donner une indication, le nombre de familles en situation de précarité énergétique sur le seul territoire d'Est Ensemble, s'élève à plus de 23 000 familles !

 

Pourtant, l’énergie et en particulier la rénovation thermique des logements constituent un enjeu pivot de la lutte contre le dérèglement climatique.

Les communes sont prêtes à le faire, il leur faut pour cela des budgets. Les baisses de dotation de l’État aux collectivités locales ne les aident pas.

 

Au niveau de Montreuil et de notre territoire Est ensemble, nous avons bien évidemment engagé, à notre niveau et avec nos moyens, des programmes ambitieux.

 

Il y a à peine 15 jours, le 12 juin, nous étions en réunion avec les bailleurs sociaux pour prolonger avec eux le raccordement de logements au réseau de géothermie Ygéo. Un premier puits de forage, auquel la Ville est raccordée, a été ouvert en 2017. Et, nous travaillons, avec mes collègues Djamel Leghmizi et Gaylord Le Chequer à poursuivre ces raccordements. Ce premier puits alimentera au total plus de 10 000 logements, soit 30 000 personnes.

 

En juin dernier, nous avons voté la délibération pour raccorder le quartier d'habitat social Montreau – Le Morillon, au réseau de chaleur (biomasse et cogénération) de la ville voisine de Fontenay-sous-Bois. Je rappelle que la géothermie, outre le fait qu'elle est une énergie renouvelable de choix, permet de garantir les prix de fourniture de chaleur à horizon 30 ans.

 

Nous avons soutenu à Montreuil, le travail de l'agence locale MVE « Maîtrisez votre énergie », pour déployer des aides municipales aux travaux d'amélioration de la performance énergétique des logements des particuliers et des copropriétés. Avec l'OPHM ont été mis en place des programmes de formation des gardiens d'immeubles de son Office HLM qui permettent de diffuser les actions en faveur des économies d'énergie.

 

Grâce à Est Ensemble, nous avons mené une nouvelle année de sensibilisation/formation aux éco-gestes, auprès des familles et des élèves de maternelle et d'écoles élémentaires. Les défis « Éco-Mômes » avec les Centres de loisirs et « Familles à énergie positive » avec les familles ont une nouvelle fois dépassé très largement leurs objectifs en termes de participants et de réductions de consommation d'énergie et d'eau.

 

Concernant la qualité de l'air, nous allons prendre un engagement fort sur la Zone à Faibles émissions de GES de la métropole, visant à reconvertir le parc des véhicules les plus polluants.

 Notre municipalité a également pesé de tout son poids pour le développement des transports en commun, comme on peut le voir avec le lancement des travaux pour le T1, les travaux de la ligne 11 du métro, ou encore le plan vélo.

 

Sur le plan de la préservation de l'eau, vous le savez avec la votation citoyenne en cours, nous sommes résolument engagés dans une perspective de régie publique de l'eau.

 

Tout cela est-il suffisant ? Malheureusement non.

Nous savons bien que pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique, nous devons changer d'échelle. Partout, à tous les échelons et dans tous les domaines de l'action publique. Il y a urgence : les climatologues nous prévoient des températures à plus de 50° les étés d'ici 2070. Ils ne se sont pas trompés une seule fois depuis le début de leurs travaux. Il nous faut non seulement diminuer très sensiblement nos consommations de gaz à effet de serre, mais aussi préparer nos territoires à s'adapter.

 

Donc changer de modes de transports, d'organisation du travail, d'aménagement urbain, de types de construction, de types d'énergie pour le chauffage, l'éclairage, changer de modes d'approvisionnements alimentaires, etc.

 

C'est pour cela que nous soutenons pleinement la Déclaration d'urgence climatique. C'est aussi pour cela que nous poursuivrons nos exigences vis à vis du gouvernement. Les 23 000 familles d'Est Ensemble qui étouffent actuellement dans des logements mal isolés, et ont froid l'hiver, ne peuvent pas attendre encore 10 ans !

 

Les mobilisations des jeunes pour le climat, le résultat des élections européennes nous confortent évidemment dans cet objectif. Mais il serait déplacé d'en tirer de l'arrogance. Tout au contraire, avec humilité et aussi le sens aigu de nos responsabilités, je crois que nous devons relever le gant pour répondre, avec pragmatisme et esprit d'ouverture, aux exigences écologiques et sociales, qui sont aussi celles de nombreuses montreuilloises et montreuillois.

 

Je vous remercie

 

 

 

Intervention d'Ibrahim Dufriche-Soilihi:

 

Monsieur le Maire,

Cher·es collègues,

Chères montreuilloises, cher montreuillois,

Mesdames, Messieurs,

 

En ces temps de verdissement de la parole publique, cette déclaration d'urgence climatique pourrait n'être qu'une déclaration d'intention de plus, si elle ne s'appuyait pas, ce qui est heureusement le cas, sur un terreau fertile, des constats, des actions, et des projets bien clairs.

 

Le pic de chaleur que nous connaissons ces jours ci est une nouvelle illustration de l'urgence dans la quelle nous nous trouvons face au dérèglement climatique ,c'est une évidence)

 

Montreuil est particulièrement sensible a ce sujet d'urgence climatique.

Nous l'avons vérifié lors du Sommet citoyen climat de Montreuil en 2015, à travers la mobilisation exceptionnelle qu'il a suscité. Montreuil avait alors été choisie par les nombreuses ONG de la Coalition climat présentes durant deux jours dans notre ville, justement en raison du terreau que représente Montreuil pour la production de nombreuses initiatives relatives à transition écologique, tant s'agissant des initiatives associatives, qu'entrepreneuriales dans le secteur de l'EES, ou municipales.

 

Les registres d'actions sont variés et fortement implantés dans le territoire de la commune.

Avec les trois pôles d'innovation dans le secteur de l'ESS que représentent Mundo Montreuil, Ici Montreuil et les Chaudronneries, c'est tout un tissu d'acteurs majeurs de la transition qui irriguent des pans entiers du tissu de l’entreprenariat social et associatif de notre ville.

 

L'axe important de cette déclaration : est l'appel à renforcer les pouvoirs du Conseil local de la transition

Lorsque nous avons impulsé la création du Conseil local de la transition, à l'occasion du Sommet citoyen pour le climat, nous avions juste l'ambition de stimuler la création d' un espace citoyen, ouvert, réunissant les acteurs de la transition écologique dans la commune, afin de renforcer mutuellement les initiatives et les alternatives de la commune, pour faire mouvement, afin de créer une force qui produise des avancées dans le nécessaire changement de modèle de développement.

 

Nous pensons aujourd’hui que nous allons devoir aller plus loin : passer du CLT a un Conseil Local de Transition citoyen et démocratique, pour une vitalité démocratique et écologique locale accrue.

 

En faisant de ce CLT remanié:

- un organe de la démocratie directe, dont la visée est de rendre le citoyen souverain dans la gestion de la cité, dont l' action s'inscrit sur le temps long, autrement dit, son ordre du jour ne sera pas soumis aux cycles électoraux, contrairement à celui du conseil municipal.

- envisager une composition avec 50% d'acteurs de la transition et de citoyens volontaires et 50% de citoyen·es tiré·es au sort, renouvelable par 1/3 tous les deux ans.

 

Il s’agit de mettre en place une instance de régulation, de proposition et d’évaluation des politiques publiques, en particulier en veillant à ce que nos politiques publiques et nos modes de consommation soient soumis à des critères écologiquement établis: il veillera notamment à ce que chaque décision majeure du conseil municipal prenne en compte l'impact climatique.

 

2 rôles principaux :

1-construire et pérenniser l’identité Montreuilloise autour de valeurs de solidarité et de partage; en  permettant à chaque Montreuillois·e d’apprendre à prendre soin les uns des autres, favorisant ainsi un vivre ensemble plus harmonieux.

2- Préparer la ville de demain en développant une culture d’anticipation.

 

Selon les problématiques et les enjeux de la commune, le CLT mettra en place les coalitions temporaires nécessaires pour :

1- Organiser et penser collectivement leur résolution par exemple en mettant en place de « Hakathon »

2 - Créer les cadres qui règlementent les initiatives qui concours à la transition écologique exemple la création d’un label 

3- Favoriser l’innovation sociale 

 

Il en va de la vitalité démocratique et d'une ambition forte en faveur de la transition Écologie au sein de notre commune.

 

Je vous remercie.

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
Please reload

Qui fait quoi ?
Liens utiles