© 2023 par "Flashinfo". Créé avec Wix.com

Pic de pollution – Communiqué des élus

20/03/2015

Les pics de pollution, récurrents, nous le rappellent : l’enjeu de la lutte contre la pollution est d’agir rapidement et en profondeur sur les sources de pollution atmosphérique, en particulier d’origine routière. Il est impératif de s’attaquer enfin à la réduction de l’exposition de la population à des concentrations annuelles qui se trouvent actuellement dans de nombreuses agglomérations françaises bien au-delà des normes en vigueur et acceptables.

Si des collectivités s’engagent, et nous avons à cœur que Montreuil soit offensif en la matière, nous savons qu’il faudra du temps avant une amélioration durable et progressive, et que la population urbaine sera encore confrontée régulièrement à des épisodes de pics de pollution.

Les mesures incitant à renoncer à son véhicule individuel, ne suffisent pas et les collectivités en sont réduits à conseiller aux personnes fragiles et aux enfants de renoncer aux activités physiques, tout en espérant que le vent et la pluie arrivent vite pour assainir l’atmosphère. Cet aveu d’impuissance est inacceptable.

Il est grand temps que l’État prenne ses responsabilités. Nous ne pouvons plus et nous ne devons plus, au regard des graves problèmes de santé publique qu’ils engendrent, compter 4 longues journées consécutives de dépassement des seuils, selon la réglementation en vigueur, pour que les seules mesures réellement efficaces que sont les restrictions de circulation soient mises en œuvre. La circulation alternée, qui a fait ses preuves dans ces circonstances, ne doit ainsi plus être quémandée par les collectivités mais imposée dans les meilleurs délais par les services de l’Etat. Des mesures doivent également être prises très rapidement, dès le premier jour de dépassement du seuil d’information, envers les véhicules les plus polluants.

Nous demandons donc que les critères de déclenchement des mesures d’urgence soient revus pour agir de façon plus anticipée et effective. Nous demandons également que les seuils d’information et d’alerte des polluants liés au trafic routier, notamment pour les particules fines PM 10, éloignés des recommandations sanitaires de l’OMS, soient révisés. La prise en compte des particules ultra fines, PM2.5 et PM1, aujourd’hui ignorés des seuils, doivent être prises en compte, puisqu’on le sait, ce sont ces polluants les plus nocifs pour la santé et dont les concentrations sont aussi les plus élevées.

Enfin, nous nous associons aux élus écologistes de la région et de la ville de Paris pour proposer qu’un Grenelle de l’Air soit organisé en Ile-de-France et dans chacune des régions françaises, pour définir avec les citoyens et les différents acteurs les mesures qui permettront de retrouver durablement un air sain pour la santé de toutes et tous.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
Please reload

Qui fait quoi ?
Liens utiles