© 2023 par "Flashinfo". Créé avec Wix.com

Conseil municipal du 20-11-14 : débat préliminaire – Intervention d’Ibrahim Dufriche Soilihi

22/11/2014

Conseil municipal du 20-11-14 : Intervention dans le débat préliminaire, du premier Adjoint Ibrahim Dufriche Soilihi, pour le groupe Ensemble pour Montreuil, écologie et citoyenneté.

 

Monsieur le maire, chers collègues,

Je ne reviendrai pas sur le contexte budgétaire général que le maire a développé dans son propos liminaire et qui constitue pour nous tous un fort sujet de préoccupations, parce qu’il réduit nos marges de manœuvre pour répondre aux besoins de nos concitoyens. Néanmoins, au-delà de ce constat, je voudrais d’abord insister sur le fait que malgré ces diminutions de dotations, régulières depuis un moment déjà, la ville a su déployer ces dernières années des politiques publiques utiles aux habitants de notre ville. Ces politiques ont posé les jalons de l’avenir de Montreuil. Et cette voie doit être poursuivie.

Malgré ce contexte difficile, la situation financière de notre ville repose sur des bases solides du fait du redressement effectué lors du précèdent mandat.

Nous inaugurons d’ailleurs aujourd’hui des projets qui se sont construits au cours de ces dernières années avec le souci de privilégier les investissements d’avenir dans le cadre d’une gestion rigoureuse des deniers publics.

Je pense là aux deux crèches Nelson Mandela et Doris Lessing inaugurées il y a quelques jours, aux 3 nouvelles écoles Françoise Héritier, Stéphane Hessel et Zéfirottes. Ces équipements répondent de manière concrète aux besoins de notre ville en termes de petite enfance et d’éducation et apportent une amélioration significative des conditions scolaires et de travail pour l’ensemble de la communauté éducative.

C’est le rôle de la ville et de la communauté éducative de veiller à améliorer ce qui doit l’être pour la mise en place de la réforme des rythmes scolaires : et je salue ici la volonté du maire de relancer le comité de pilotage regroupant tous les partenaires pour travailler à l’amélioration de l’organisation et du contenu des temps de l’enfant.

Il est aussi du rôle de la ville d’interpeller l’Etat sur ses compétences parce qu’elles touchent la scolarité de nos enfants. Si nous pouvons saluer les annonces récentes faites par l’Etat en la matière, nous devons être vigilants à leur mise en œuvre et leur pérennité : remplacement, création de postes à poursuivre, renforcement du suivi et formation des contractuels, autant de demandes nécessaires comme nous le rappellent à juste titre les enseignants.

Un budget contraint amène nécessairement à se réinterroger sur nos politiques publiques, mais nous devons faire le choix, comme pour l’éducation, d’assurer le développement équilibré de notre ville, et de renforcer son attractivité sans renoncer à élaborer des politiques ambitieuses. Qu’il s’agisse de construction et de réhabilitation de logements, de développement de transports en commun ou d’urbanisme, il faut conserver l’objectif de bâtir une ville durable garante de l’avenir de nos enfants.

A travers le développement des transports ou la rénovation urbaine, les politiques engagées depuis plusieurs années dans notre ville permettent aujourd’hui la mise en chantier de grands programmes qui bénéficiront à l’ensemble des habitants, en particulier ceux qui en sont restés trop longtemps éloignés, comme par exemple le lancement de la concertation pour la ligne 1 du métro qui passera espérons-le par le Bel Air ou encore pour la politique de la ville avec la rénovation urbaine du quartier de la Noue. Il en est de même avec la confirmation, avant hier lors d’une réunion à Fontenay, de l’inscription des crédits d’études pour le prolongement de la ligne 9.

A quelques jours du lancement par le président Hollande de la mobilisation pour accueillir en Seine-Saint-Denis en décembre 2015 la conférence de Paris pour le Climat, nous devons veiller à ce que nos orientations, et chacune de nos politiques publiques, entrent dans le cadre désormais incontournable de la transition écologique. Car c’est désormais communément admis : la lutte contre le changement climatique et la dégradation de notre environnement est un enjeu vital pour la planète et l’ensemble de l’Humanité.

C’est un enjeu vital et éminemment démocratique. D’abord parce que ce sont les populations les plus modestes qui sont les premières à souffrir de ce basculement en cours, y compris ici, dans nos quartiers, où la précarité énergétique est un sujet immédiat pour de nombreux habitants. Ensuite parce que ces bouleversements sont une source potentielle d’aggravation des tensions entre les Hommes, pour l’accès aux ressources et pour leur avenir.

Face à cet enjeu démocratique, il convient de formuler une réponse démocratique : à travers l’implication individuelle et collective, comme Montreuil l’a montré ces dernières années, à travers un large éventail de projets innovants : de l’isolation thermique des bâtiments dans les logements sociaux, à la sauvegarde de la biodiversité qui vaut à Montreuil d’avoir été désignée capitale régionale en la matière, à travers le développement des transports en commun, et les multiples initiatives citoyennes sur l’ensemble de notre territoire.

Montreuil terre d’innovation et d’initiatives citoyennes est bien placée pour relever ces défis.

Les élus de notre groupe, Ensemble pour Montreuil écologie et citoyenneté, en responsabilité, y prendront toute leur part.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
Please reload

Qui fait quoi ?
Liens utiles